Les jeux vidéo aident-ils les personnes atteintes de la maladie de Parkinson?

Beth Holloway, St-John’s, à Terre-Neuve

Beth Holloway, St-John’s, à Terre-Neuve

Beth Holloway a récemment organisé un tournoi de quilles Wii dans sa maison de St. John’s, à Terre-Neuve, avec six de ses amies aussi atteintes de la maladie de Parkinson. En outre, Beth pratique régulièrement un exercice de funambule à l’aide de sa planche d’équilibre Wii. « Je ne sais pas si ces jeux vidéo m’aident à garder l’équilibre, mais je m’amuse. Selon moi, tout ce qui aide une personne à bouger est positif », explique-t-elle.

Elle aurait raison si on en croit les recherches actuelles sur l’utilité des jeux Wii pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

• Recherche au Canada
• Recherche aux États-Unis

Recherche au Canada

Dans le cadre d’une petite étude de l’Université d’Ottawa, le Dr Louis E. Tremblay, professeur agrégé à l’École des sciences de la réadaptation, et quatre de ses étudiants de premier cycle en physiothérapie* ont conçu un programme d’activités de 45 minutes et ont demandé à des personnes de l’exécuter à la maison trois fois par semaine durant six semaines.
– 30 minutes de Wii Fit, en commençant par des positions simples de yoga, puis en progressant vers des jeux d’équilibre comme le slalom, le tremplin et les billes sur plateau
– 15 minutes de Wii Sports – quilles ou golf

« Le but du projet était de déterminer si l’utilisation de la console Wii et du jeu Wii Fit, avec sa planche d’équilibre, pouvait aider la réadaptation de personnes atteintes de la maladie de Parkinson », raconte Jean-François Esculier, un étudiant en physiothérapie récemment diplômé qui faisait partie de l’équipe de recherche.

« Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont normalement prises en charge par le système de santé quand elles en sont à un stade avancé de la maladie. L’étude visait à établir un programme pour aider les gens à prendre soin d’eux-mêmes et à ralentir le déclin des capacités fonctionnelles, comme les problèmes d’équilibre, dès le tout début. »

Les 20 sujets de l’étude ont été testées avant et après le programme de six semaines.
– Onze personnes étaient atteintes de la maladie de Parkinson : cinq femmes et six hommes dont l’âge moyen était de 62 ans et dont le score moyen de la fonction motrice était de 2,2 sur l’échelle d’évaluation unifiée pour la maladie de Parkinson (EEUMP) (une échelle allant de 0 à 5)
– Neuf personnes étaient en santé : quatre femmes et cinq hommes dont l’âge moyen était de 63,5 ans – certaines d’entre elles étaient des partenaires de participants atteints de la maladie de Parkinson

Voici un échantillon des résultats des participants atteints de la maladie de Parkinson :

Test Description Résultat après l’entraînement
     
Équilibre statique Se tenir debout sur une jambe Amélioration de 53 % pour la jambe gaucheAmélioration de 58 % pour la jambe droite
     
Assis-debout S’asseoir sur une chaise. Se lever, s’asseoir et répéter le plus souvent possible en 30 secondes Amélioration de 45 %
     
Version chronométrée du test du lever de chaise de Mathias D’une position assise, se lever et marcher sur trois mètres. Tourner et retourner s’asseoir Amélioration de 23 %
     
Index d’équilibre dynamique Une série de 13 tâches qui pemet d’évaluer une vaste gamme d’aptitudes à l’équilibre et à la mobilité Amélioration de 21 %
     
Vitesse de marche Mesure de la vitesse de marche sur 10 mètres Amélioration de 16 %
     
Plateforme de force Se tenir debout sur une plateforme pendant qu’un ordinateur mesure le mouvement du centre de gravité Aucune amélioration statistiquement significative

Jean-François Esculier fait remarquer qu’une amélioration globale de 55 % de la position sur une jambe est excellente puisqu’il faut se tenir sur une seule jambe lorsqu’on marche. En améliorant cette position, on obtient plus de stabilité. Le changement de 45 % dans le test assis-debout indique une amélioration à la fois de l’équilibre et de la force des jambes.

Il est intéressant de noter qu’au moment d’évaluer leur propre performance, les participants n’avaient pas l’impression d’avoir amélioré leur équilibre alors que les tests objectifs démontrent le contraire. Jean-François Esculier avance que cette sous-estimation pourrait être bénéfique aux participants, car elle pourrait leur éviter d’agir témérairement et d’augmenter les risques de chute. Les participants ont noté qu’ils marchaient un peu plus facilement qu’avant.

La facteur de plaisir est indiscutable : 83 % des participants ont apprécié et même beaucoup apprécié le programme d’activités. Les 17 % restants ont été plus modérés. Aucun participant n’a affirmé ne pas aimer le programme. En parlant avec les participants, plus tard après l’étude, les chercheurs ont constaté que ces derniers ont continué à utiliser la plateforme Wii parce qu’ils y éprouvaient du plaisir, qu’ils la trouvaient utile et qu’ils aimaient jouer aux jeux vidéos avec leurs petits-enfants.

Jean-François Esculier recommande aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson de consulter un physiothérapeute pour effectuer une évaluation de l’équilibre et de la mobilité avant d’entreprendre des exercices avec la console Wii. Les exercices d’équilibre de Wii Fit exigent de se tenir debout sur une planche d’équilibre, mais ceux de Wii Sports se pratiquent assis ou debout.

(*Les chercheurs étudiants étaient Patrick Bériault, Jean-François Esculier, Karine Gagnon et Joanie Vaudrin)

Recherche aux États-Unis

Au Medical College of Georgia, le Dr Nathan (Ben) Herz, professeur adjoint d’ergothérapie, et son collègue, le Dr John Morgan, professeur adjoint de neurologie et directeur du Centre d’excellence de la National Parkinson Foundation du Movement Disorders Program, effectuent également des recherches de pointe sur l’utilisation de la console Wii dans la maladie de Parkinson.

Le Dr Herz est venu au Canada, en mai dernier, pour donner des conférences présentées par la Société Parkinson du Sud de l’Alberta et la Société Parkinson du Sud-Ouest de l’Ontario.

Voici quelques points partagés par le Dr Herz avec le public canadien :

• la console Wii encourage la pratique d’exercices qui peuvent être significatifs et utiles;
• certains jeux peuvent même être utilisés pour la réadaptation afin d’améliorer les capacités fonctionnelles dans les activités quotidiennes, comme remplir un pot d’eau ou casser un oeuf;
Wii Sports, en particulier, sollicite de nombreuses parties du corps qui ont besoin de réadaptation;
• les jeux occupent les gens sans que ces derniers se rendent compte des bienfaits thérapeutiques;
• le succès des activités Wii est étroitement lié à la capacité des personnes d’intégrer leurs mouvements;
• les aspects physiques, cognitifs, psychologiques et sociaux du jeu avec la console Wii peuvent avoir des effets positifs sur la santé et le bien-être des participants.

Communiquez avec la Société Parkinson de votre région pour voir l’exposé du Dr Herz et la démonstration de la console Wii sur DVD.

About these ads

Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance 10809 1786 RR0001
Toute la documentation sur la maladie de Parkinson qui est contenue dans L’Actualité Parkinson / Parkinson Post a pour unique objet d’informer le lecteur. Elle ne doit pas servir à des fins de traitement. Certains articles particuliers expriment l’opinion de l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à celle de la Société Parkinson Canada.
June 2009
M T W T F S S
« Apr   Sep »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: