Diagnostiquer et traiter les déficits cognitifs associés à la maladie de Parkinson

Dr Sean Udow

L’un des aspects les plus difficiles de la maladie de Parkinson est le fait que même si les médecins sont en mesure de traiter les symptômes moteurs, ils sous‑estiment souvent l’incidence des troubles connexes de la pensée et du raisonnement.

À l’Institut Sunnybrook de Toronto, le Dr Sean Udow, titulaire d’une bourse de recherche clinique sur les troubles du mouvement, se consacre alternativement à l’étude de modes de traitement de ces troubles cognitifs et à la recherche d’un éventuel lien entre les troubles de la mémoire, du jugement et du raisonnement et la régulation de la tension artérielle. Cette bourse est financée par le Programme national de recherche (PNR) de la Société Parkinson Canada.

Le Dr Udow, qui est neurologue, sait qu’en l’absence de tests de diagnostic confirmés de la maladie de Parkinson, les médecins doivent avoir d’excellentes compétences cliniques pour déterminer si leurs patients souffrent d’affections neurodégénératives et, en l’occurrence, de quel type d’affections il s’agit. Pour ce faire, les médecins s’appuient sur leur expérience, l’historique du patient et l’observation.

« La maladie de Parkinson n’étant pas diagnostiquée à l’issue d’un test d’IRM ou d’un test sanguin, vous devez vraiment posséder une acuité clinique exceptionnelle pour poser ce genre de diagnostic, indique le Dr Udow. Nous devons surtout travailler à la manière d’un détective ou d’un médecin d’autrefois. »

Voilà pourquoi le Dr Udow se réjouit d’avoir obtenu cette bourse de recherche qui lui permet de travailler en collaboration avec des cliniciens experts comme le Dr Mario Masellis, d’enrichir sa formation auprès de ce dernier et également de prendre part à des études de recherche.

« Les fluctuations de la tension artérielle peuvent provoquer des accidents vasculaires non détectés ou des transformations éphémères des réseaux cérébraux pouvant aggraver les déficiences cognitives », affirme le Dr Sean Udow.

Dans le cadre de leur recherche, le Dr Udow et ses collègues se serviront de techniques très particulières d’imagerie par résonance magnétique afin d’étudier le cerveau des personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou de démence à corps de Lewy, une autre forme de démence. Quelques‑unes de ces personnes souffriront également d’hypotension orthostatique – fluctuation de la tension artérielle pouvant provoquer des étourdissements ou des évanouissements en cas de chute brusque de cette tension. En comparant les changements observés dans le cerveau, le Dr Udow espère trouver d’autres preuves laissant croire que les fluctuations de la tension artérielle peuvent provoquer l’apparition des symptômes cognitifs qu’éprouvent les personnes souffrant de la maladie de Parkinson et d’autres personnes atteintes de démence.

S’il peut confirmer l’existence d’un lien entre l’hypotension orthostatique, les troubles cognitifs et ces deux maladies neurodégénératives, le Dr Udow espère que ces constatations déboucheront sur d’autres travaux de recherche visant à déterminer si le recours, à un stade précoce, à un traitement vigoureux des fluctuations de la tension artérielle peut freiner la progression des symptômes cognitifs.

Dans le cadre du Programme national de recherche, le Dr Udow a récemment reçu la bourse de recherche clinique d’un an sur les troubles du mouvement, d’une valeur de 50 000 $, du Garden Centre Group Co-op Corp. (réseau de coopératives Garden Centre Group). Ce programme national de bourses de recherche offre aux nouveaux médecins la possibilité de suivre une formation spéciale sur le diagnostic et la gestion de la maladie de Parkinson. D’ici 2031, le nombre de personnes atteintes de la maladie de Parkinson aura doublé. Cette bourse est une étape importante assurant la formation au Canada d’un plus grand nombre de spécialistes médicaux en vue de la prestation de soins de grande qualité aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson dont le nombre ne cesse de croître.

Nouveau gouvernement, nouvelles possibilités

Les dernières élections fédérales ne sauraient être comparées à nulles autres dans l’histoire récente. À l’issue de l’une des plus longues campagnes jamais menées, un nombre record de Canadiens ont élu un gouvernement libéral majoritaire.

Durant la campagne, la Société Parkinson Canada a pris connaissance des importants engagements du Parti libéral du Canada en matière de soins de santé. Voici quelques‑unes des principales priorités qui touchent la communauté Parkinson :

  • Augmentation des dépenses au titre de la santé de trois milliards de dollars en vue d’offrir, au cours des quatre prochaines années, des services supplémentaires et améliorés aux personnes qui reçoivent actuellement des soins à domicile et dont le nombre atteint presque deux millions.
  • Élargissement des critères d’admissibilité aux prestations de compassion de l’assurance‑emploi afin d’inclure les personnes souffrant de graves maladies chroniques et de tenir compte des besoins épisodiques des aidants naturels.
  • Régler le problème de l’abordabilité des médicaments en élargissant l’accès aux médicaments prescrits, en réduisant leur coût global grâce aux achats massifs et en travaillant de concert avec les provinces en vue de la conclusion d’une nouvelle entente en matière de santé.

L’élection de ce nouveau gouvernement ouvre de nouveaux horizons. Le Parti libéral a clairement indiqué qu’il souhaitait que le gouvernement change de ton et que ses députés puissent voter librement sur les questions importantes aux yeux de leur collectivité. Compte tenu de la présence de 213 nouveaux députés et de l’importance accrue accordée à l’engagement et à la collaboration à l’échelon local, il est essentiel que nous continuions à renforcer les liens que nos ambassadeurs Parkinson ont réussi à établir à l’échelle locale avant les élections. La Société Parkinson Canada poursuivra son travail avec tous les parlementaires aux côtés du réseau des ambassadeurs Parkinson afin de bien faire entendre notre voix dans les discussions stratégiques à l’avenir.

Au sujet du réseau des ambassadeurs Parkinson

Le réseau des ambassadeurs Parkinson rassemble des bénévoles de toutes les régions du Canada qui ont pour mission de défendre les intérêts des Canadiens souffrant de la maladie de Parkinson en rencontrant des élus ainsi que les principaux décideurs aux échelons provincial et fédéral. Les ambassadeurs Parkinson jouent un rôle crucial dans nos initiatives de défense des droits.

Si vous ou l’une de vos connaissances êtes intéressé à collaborer à notre travail de persuasion, veuillez nous faire parvenir un courriel à l’adresse advocacy@parkinson.ca et un de nos représentants communiquera avec vous. Pour en apprendre davantage sur notre programme d’ambassadeurs, visitez ici.

À l’aube de la saison des fêtes

La journée Mardi je donne, qui aura lieu le 1er décembre 2015, est la journée internationale du don et marque le coup de départ de la saison des dons de bienfaisance. Cette journée spéciale nous donne l’occasion de nous regrouper autour de l’engagement commun en faveur des causes qui nous tiennent à cœur et de célébrer la joie de donner. Si vous avez un compte Twitter ou Facebook, ou les deux, l’utilisation du mot‑clic #GivingTuesday est une bonne façon de prêcher par l’exemple et d’encourager vos amis, les membres de votre famille et les personnes qui vous suivent à redonner à la collectivité.

Le nombre de Canadiens ayant reçu un diagnostic de maladie de Parkinson doublera d’ici 2031. Plus de 100 000 Canadiens ne peuvent plus attendre pour avoir un traitement. Nous avons besoin de votre soutien pour financer la recherche essentielle, comme celle effectuée par les 15 chercheurs et financée cet automne par le Programme national de recherche qui mènera divers projets favorisant l’avancement de nos connaissances sur cette maladie complexe. Les chercheurs étudieront les causes, les biomarqueurs et la neuroprotection, entre autres sujets liés à la maladie de Parkinson.

Les dons permettront également de financer les efforts consacrés à la défense des droits, par exemple en vue d’inciter le gouvernement fédéral à accroître la souplesse de l’aide financière accordée aux aidants naturels afin que les conjoints ou conjointes puissent s’absenter du travail pour prendre soin de leurs proches. Le financement de webinaires, de sites Web, d’imprimés et de groupes de soutien signifie que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et les membres de leur famille ont quelqu’un vers qui se tourner pour obtenir de l’information, de l’empathie et de la compassion.

Le don que vous ferez à l’occasion de la journée Mardi je donne contribuera à assurer dès maintenant une vie et un avenir meilleurs pour les Canadiens souffrant de la maladie de Parkinson et l’absence de cette maladie dans le monde de demain.

À l’occasion de la journée Mardi je donne, faites un don pour venir en aide à tous les Canadiens qui seront touchés par la maladie de Parkinson au cours de votre vie. Engagez-vous à faire un don à l’occasion de la journée Mardi je donne dès aujourd’hui et faites‑nous savoir que vous prévoyez démontrer votre appui.

Vos volontés, votre testament

Shirley et Earl Simard

Il peut être intimidant et délicat d’établir votre testament, mais la planification de l’avenir constitue une étape de votre cheminement personnel. Cela garantit que vos dernières volontés seront exécutées de sorte qu’un hommage soit rendu aux amis et aux membres de la famille de la manière que vous jugez la plus appropriée. La remise à plus tard de cette tâche signifie que vous aurez peut‑être moins de contrôle sur les soins que vous recevrez en fin de vie et votre héritage – vos proches devront peut‑être également prendre des décisions difficiles et gérer votre succession au moment où ils vivent une douloureuse épreuve. Pire encore, il est possible qu’ils n’aient pas les ressources financières voulues et soient exclus du processus successoral sans pouvoir défendre vos volontés.

Bon nombre de personnes atteintes de la maladie de Parkinson mentionnent que les membres de leur famille ont été soulagés d’apprendre qu’elles avaient préparé un testament et un mandat d’inaptitude. Cela leur a permis de se concentrer sur leur santé et de consacrer leur énergie aux choses les plus importantes.

Earl et Shirley Simard sont des conjoints qui ont inclus dans leur testament respectif un don à la Société Parkinson Canada. « Outre que cette mesure comporte des avantages fiscaux du point de vue de la succession et qu’elle évitera à nos enfants d’avoir à prendre des décisions à ce sujet, nous pouvons ainsi décider de l’utilisation de ces fonds », précise Earl Simard dont l’épouse, Shirley, a reçu un diagnostic de maladie de Parkinson en 2009.

Une fois que vous vous serez occupé de votre famille, vous voudrez peut‑être faire un don de bienfaisance à la Société Parkinson Canada dans votre testament. Le legs testamentaire permet à la fois de réduire le fardeau fiscal sur votre succession et d’enrichir la vie des personnes qui luttent contre la maladie de Parkinson. Notre trousse de planification testamentaire est une excellente ressource qui vous guidera pas à pas à travers les diverses étapes de la marche à suivre pour garantir que vos biens sont distribués selon vos volontés. Vous pouvez vous assurer que les personnes les plus importantes à vos yeux sont financièrement préparées. Offrez‑leur la possibilité de se souvenir de leur proche sans être dépassées par les détails.

Faites le premier pas et parlez de vos dernières volontés avec les membres de votre famille et des amis dignes de confiance. Vous n’avez à faire face par vous‑mêmes à cette situation – pour obtenir dès aujourd’hui votre trousse gratuite de planification testamentaire, veuillez communiquer avec Elizabeth Banman par téléphone au 1-800-565-3000, poste 3385. Consultez la section intitulée Don et planification successorale de notre site Web pour obtenir un complément d’information, abonnez‑vous à notre bulletin ou consultez dès maintenant votre trousse gratuite de planification testamentaire.

Nous changeons pour mieux vous servir

parkinson_canada_logo

Le 1er janvier 2016, nous deviendrons Parkinson Canada.

Le 1er janvier 2016, nous changerons officiellement notre nom et deviendrons Parkinson Canada. Nous continuerons fièrement de vous servir, ainsi que la communauté des personnes atteintes de la maladie de Parkinson, d’un océan à l’autre.

Nous sommes le même partenaire de confiance que vous connaissez depuis des décennies. Nous maintenons notre engagement de mettre les besoins des personnes atteintes de la maladie de Parkinson en avant-plan, tout en exploitant une œuvre de bienfaisance efficace et efficiente du domaine de la santé.

Vous nous trouverez en ligne au www.parkinson.ca, contactez nous par courriel au info@parkinson.ca, et pouvez continuer de joindre notre ligne sans frais pour d’information et de recommandation bilingue, soit le 1-­800-­565-­3000, partout au Canada.