Jim Long, bénévole de longue date, soutient la campagne Hope in Bloom

Debbie Davis et Jim Long.
Debbie Davis et Jim Long.

Lorsque Jim Long a accepté pour la première fois de contribuer à la collecte de fonds pour la cause de la maladie de Parkinson, il s’est rendu au domicile d’un autre bénévole pour aider à assembler des masses de tulipes pour en faire des bouquets. Ses collègues bénévoles et lui sont ensuite allés vendre ces tulipes dans les rues de Toronto afin de soutenir les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Les choses ont bien changé depuis ces premiers jours des années 1980. « Tout récemment, mon équipe de 24 bénévoles et moi avons vendu 72 boîtes de tulipes, et nous avons recueilli quelque 9 000 $ en une seule journée à la gare Union », dit Jim.

La campagne a pris de l’ampleur depuis ces premières années à Toronto. On compte maintenant 26 sites, qui reçoivent les tulipes directement des producteurs; fini les rencontres à domicile pour assembler des bouquets! Il faut organiser la logistique, les activités de promotion et une armée de bénévoles. Le rôle que Jim remplit à titre de membre du comité organisateur de la campagne Hope in Bloom fait vraiment ressortir ses compétences en gestion. Promoteur immobilier maintenant à la retraite, Jim aide le personnel et les bénévoles à intensifier et améliorer la campagne qui a lieu chaque année au printemps. Il est très fier que la campagne menée à Toronto ait permis d’amasser plus de 142 000 $ cette année.

Jim a travaillé avec plusieurs membres du personnel de la Société Parkinson au fil des ans et il a même participé au processus d’entrevue. Il faisait partie du comité au moment où Helen Wong a été embauchée à titre de coordonnatrice du développement communautaire (Toronto), responsable de la campagne Hope in Bloom. En tant que bénévole de longue date dévoué et respecté, Jim est heureux de participer à l’orientation des nouveaux membres du personnel et bénévoles en leur fournissant des renseignements historiques et des conseils pratiques.

« Jim m’a raconté l’histoire de la campagne des tulipes, en plus de partager avec moi ses connaissances et perceptions à d’autres égards », dit Mme Wong. « Il m’a fourni une orientation très utile sur cet aspect de mon nouveau poste. »

Naseem Jamal, maintenant gestionnaire, Dons majeurs et dons planifiés, auprès de la Société Parkinson Centre et Nord de l’Ontario, a travaillé avec Jim pendant plus de trois ans sur la campagne, et fait écho à ce sentiment. « Jim fait toujours ce qu’il faut. Il a bon cœur et est tenace », dit-elle. « Il contribue à la formation des nouveaux capitaines de campagne et les soutient. Il recherche de nouveaux points de vente et rencontre les gestionnaires immobiliers. Il met tout en œuvre pour faciliter la vie de tous les autres. »

Il n’est donc pas étonnant que Jim considère que l’aspect le plus difficile du bénévolat auprès de l’organisme tient au désir d’apporter un soulagement plus immédiat aux personnes atteintes de la maladie. Il se souvient des difficultés auxquelles faisait face sa sœur Pat, qui a reçu un diagnostic de forme précoce de la maladie de Parkinson en 1972. « Je l’ai un jour amenée à une séance d’information sur la maladie de Parkinson. Elle se déplaçait alors en fauteuil roulant en plus d’être aux prises avec des douleurs et une dyskinésie qui engendrait une incoordination et des secousses. Elle était gênée de se montrer en public et à la fin de la séance, elle m’a demandé « Que font-ils pour moi? ».

Jim garde à l’esprit la question de sa sœur lorsqu’il collabore à la campagne Hope in Bloom. « Les fonds que nous recueillons servent à la recherche d’un remède et à fournir aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson et à leur famille l’information et le soutien dont elles ont besoin. Nous ne faisons à cette fin que vendre des tulipes pour obtenir les fonds nécessaires. »

Il est en outre fondamentalement satisfaisant de vendre des fleurs au printemps. « Nous aimons les jours de temps gris », dit Jim. « Davantage de gens passent près de nos installations intérieures et il est difficile de résister à la couleur vive et à la fraîcheur des fleurs. » Jim se souvient d’un client qui s’est procuré une quinzaine de bouquets en vue de les offrir à ses collègues de bureau. « Nous avons constaté à quel point il était ravi à l’idée de les distribuer, et nous pouvions tout simplement imaginer le bonheur que ressentiraient les personnes qui allaient les recevoir. »

De plus, Jim ne peut s’empêcher de distribuer lui-même ces fleurs printanières. Alors que Pat habitait au centre de soins pour personnes âgées de North York en 1997, Jim a acheté lui-même plusieurs boîtes de tulipes et les a livrées au centre, et à d’autres centres pour personnes âgées de la région. Il a continué de faire ces dons tous les ans par la suite. Les tulipes apportent parfois une bouffée de printemps bienvenue dans les résidences. À d’autres moments, les centres vendent une partie de ces fleurs pour amasser des fonds en vue d’améliorer la vie de leurs résidents.

« Nous sommes tous gagnants », dit Jim. « La Société Parkinson obtient les fonds que je verse pour acheter les tulipes et les centres pour personnes âgées ainsi que leurs résidents profitent de la beauté des fleurs et recueillent des fonds pour appuyer leurs propres initiatives. Nous aidons tous à rehausser la sensibilisation à la maladie de Parkinson. »

Maintenant âgé de 84 ans, Jim se préoccupe du recrutement de futurs bénévoles. Il agit à titre de « capitaine » de campagne, travaillant habituellement pendant une journée à la Scotia Plaza au centre-ville, en plus d’organiser les travaux du comité. Sa fille Julie et son petit-fils Matthew l’aident à l’occasion. Il aime encourager les autres, jeunes et vieux, à s’engager et à redonner à la société.

« Le bénévolat est une excellente habitude à adopter pour les jeunes, et peut constituer une merveilleuse activité familiale. Pour les aînés et les retraités, le bénévolat est un moyen de rester actif et d’interagir avec toutes sortes de gens », indique Jim. « C’est le moment pour moi de faire ma part et de changer les choses. »

Saviez-vous que… Le 11 avril 2005, la tulipe rouge a été adoptée comme symbole mondial de la maladie de Parkinson à l’occasion de la 9e Journée-conférence sur la maladie de Parkinson tenue au Luxembourg.

Comments

comments