La maladie de Parkinson et le cerveau féminin

Dre Emily Hawken
Dre Emily Hawken

Bien que la maladie de Parkinson touche tant les hommes que les femmes, les femmes sont moins susceptibles de développer le trouble neurologique progressif, mais plus susceptibles de subir les symptômes moteurs et les effets secondaires graves du traitement.

À l’Université Queen’s de Kingston, la neuroscientifique Emily Hawken examine ces différences entre les sexes. Elle étudie l’interaction entre la maladie de Parkinson et les hormones intrinsèques des femmes, comme les œstrogènes, et souhaite connaître l’incidence de cette interaction sur la transmission des produits chimiques dans le cerveau.

Dre Hawken a récemment reçu une bourse de recherche fondamentale de 100 000 $ sur deux ans dans le cadre du Programme de recherche de Parkinson Canada pour poursuivre ses recherches à cette fin.

Par exemple, lorsque les femmes atteintes de la maladie de Parkinson sont traitées à la lévodopa, le médicament utilisé pour réduire le nombre des symptômes de la maladie, elles ont souvent des mouvements involontaires (dyskinésie) plus importants que les hommes atteints de la maladie de Parkinson prenant le même médicament.

« Quelles sont les caractéristiques des femmes qui les rendent moins susceptibles de développer les symptômes de la maladie de Parkinson, mais plus susceptibles d’être gravement affaiblies par les effets secondaires du traitement? », demande la Dre Hawken.

En utilisant des modèles animaux, la Dre Hawken transmettra des courants électriques dans les cellules cérébrales afin de mesurer l’activité de ces neurones dans des parties précises du cerveau. Par la suite, elle observera et consignera l’effet de neurotransmetteurs précis sur les neurones qu’elle évalue.

Des preuves récemment établies laissent supposer que l’œstrogène peut avoir un effet sur d’autres produits chimiques du cerveau, comme la dopamine. Ainsi, l’œstrogène peut lui­même devenir un neuromodulateur qui transmet de l’information aux cellules cérébrales. La Dre Hawken espère établir la preuve physiologique que les animaux atteints de dyskinésie subissent des changements dans leurs cellules cérébrales, lesquels diffèrent selon le sexe de l’animal.

Si elle peut cerner une différence associée au sexe, la Dre Hawken espère que ses recherches orienteront la conception de traitements de la maladie de Parkinson conçus différemment pour les femmes et les hommes.

« Plutôt qu’un traitement généralisé, peut-être qu’un traitement adapté aux femmes serait tout aussi thérapeutique et comporterait moins d’effets secondaires », affirme la Dre Hawken.

Cette dernière souligne qu’historiquement, la majorité des recherches sur la santé ont été menées sur des hommes et sur un modèle masculin de la maladie.

« Il est possible que nous omettions complètement certains éléments en observant seulement le modèle masculin, indique la Dre Hawken. Dès lors, les femmes souffrent parce qu’en général, elles ne présentent pas les mêmes symptômes. Leur traitement est souvent déficient, puisque notre base de connaissances n’est pas suffisante pour nous permettre de savoir comment le cerveau féminin fonctionne. »

Lire sur d’autres chercheurs qui ont récemment obtenu un financement dans le cadre du Programme de recherche de Parkinson Canada.

Comments

comments