Une bête de somme pharmaceutique montre la voie

Dr. Jonathan Brotchie
Dr Jonathan Brotchie

La chloroquine est l’un des médicaments les plus connus et les plus performants au monde. Au cours des 70 dernières années, elle a permis de traiter efficacement le paludisme et la polyarthrite rhumatoïde. Maintenant, les chercheurs examinent son potentiel à ralentir le développement de la maladie de Parkinson.

Jonathan Brotchie a de grands espoirs pour la chloroquine, qui a prouvé sa capacité à interagir avec l’un des principaux facteurs de croissance du cerveau, une protéine responsable de la santé des cellules dans cet organe complexe. Ce projet de recherche est financé par une bourse pour projet pilote Porridge for Parkinson’s (Toronto) de 45 000 $ offerte par le Programme de recherche de Parkinson Canada.

« Des études préliminaires auprès de souris de laboratoire ont montré que la chloroquine peut endiguer les dommages biochimiques infligés au cerveau par la maladie de Parkinson. Par conséquent, elle devrait atténuer certains effets, comme l’aggravation du contrôle moteur », explique Jonathan Brotchie, chercheur principal à l’Hôpital Toronto Western, qui fait partie du Réseau universitaire de santé.

Étant donné que la chloroquine est largement accessible sous forme générique, les sociétés pharmaceutiques ont peu d’intérêt à assumer le risque et les dépenses associés à l’exploration du potentiel d’un produit qui pourrait facilement profiter à leurs concurrents.

C’est la raison pour laquelle Jonathan Brotchie remercie Parkinson Canada de lui accorder un financement lui permettant de mener une recherche préliminaire susceptible d’encourager l’une de ces sociétés à adapter le médicament à la lutte contre la maladie de Parkinson.

« Si je peux démontrer l’efficacité de la chloroquine, cela ralentira la progression de la maladie de Parkinson », affirme-t-il.

Selon le chercheur, la chloroquine n’est peut-être pas le seul médicament à pouvoir produire ce type de résultats dans le cerveau, mais c’est possiblement le seul à pouvoir le faire maintenant en plus d’avoir prouvé qu’il est sûr. Plus important encore, les connaissances acquises par Brotchie et ses collègues durant leurs recherches sur la chloroquine jetteront les bases de recherches futures visant à trouver de meilleurs médicaments.

« À long terme, la chloroquine n’est peut-être pas le meilleur stimulateur de facteur de croissance, mais pour l’instant rien d’autre ne permet avec certitude de ralentir la progression de la maladie, affirme Brotchie. Plutôt que d’attendre 15 ans pour trouver un meilleur médicament, je sens qu’il y a une occasion, ici, maintenant. »

C’est un exposé à l’école de médecine qui a d’abord incité Brotchie à interrompre ses études médicales durant plusieurs années pour se consacrer à la recherche sur le cerveau. Cette recherche l’a mené à une carrière vouée à la maladie de Parkinson dans le but d’aider les patients. Selon lui, il vaut la peine de mener des recherches sur la chloroquine.

« Nous voulons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour être responsables de la mise au point des traitements de demain », lance-t-il.

Vous pouvez lire de plus amples renseignements sur les autres chercheurs récemment financés par le Programme de recherche de Parkinson Canada en consultant la section sur la recherche du site www.parkinson.ca.

Comments

comments