Offrir les meilleurs soins possible

Monitrice clinique à la clinique des troubles du mouvement de l’Hôpital Toronto Western, la Dre Emily Swinkin en apprendra davantage sur la façon d’utiliser des techniques comme la stimulation cérébrale profonde et le gel intestinal duodopa pour mieux traiter les parkinsoniens qui ont des troubles complexes ou en sont aux stades avancés de cette maladie. Elle entend établir de solides relations avec ses patients et prendre le temps de comprendre les répercussions de cette maladie sur tous les aspects de leur vie. La recherche de Swinkin est rendue possible grâce au Programme national de recherche de Parkinson Canada et financée par Pedaling for Parkinson’s en l’honneur d’Hartley Richardson  pour 50 000 $ sur un an.

La Dre Emily Swinkin n’avait que 11 ans lorsqu’elle a eu un cadeau de Noël qui l’a mise sur le chemin de l’école de médecine.  

Son oncle lui a donné le livre History News : Medicine, qui décrit les percées en médecine tout au long de l’histoire, du trépan à l’invention des rayons X et à la découverte de vaccins et d’antibiotiques.   

« J’étais émerveillée de constater à quel point la science et la médecine ont évolué au fil du temps et j’ai réfléchi à la façon dont je voulais y contribuer un jour », confie la Dre Swinkin.  

Elle est aujourd’hui neurologue, entame sa première année en tant que monitrice clinique en troubles du mouvement au Réseau universitaire de santé et travaille à la clinique des troubles du mouvement de l’Hôpital Toronto Western. Ses objectifs sont d’en apprendre davantage sur la façon d’aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ayant des troubles complexes et de perfectionner ses compétences dans le traitement des troubles du mouvement.  

Elle acquerra de l’expérience en stimulation cérébrale profonde, un traitement qui consiste à insérer des électrodes dans le cerveau pour produire des impulsions électriques qui peuvent aider à contrôler les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson comme les tremblements, la raideur et la lenteur.   

Elle en apprendra également davantage sur le duodopa, un gel intestinal injecté directement dans l’intestin pour améliorer le fonctionnement de la lévodopa en prolongeant le temps pendant lequel le médicament peut soulager continuellement les symptômes de la maladie de Parkinson.   

« Même si je ne pense pas que je serai comme les révolutionnaires de la médecine dans ce livre, j’adore travailler dans un domaine qui évolue si rapidement parce que j’apprends constamment de nouvelles choses tout en étant capable d’offrir les meilleurs soins à mes patients », précise la Dre Swinkin.

Pendant sa bourse de recherche, elle espère également examiner comment les personnes aux derniers stades de la maladie de Parkinson se sentent par rapport à l’aide médicale à mourir et vérifier s’ils y ont accès.   

La Dre Swinkin est attirée par le travail auprès des personnes atteintes de la maladie de Parkinson parce qu’elle aime établir des relations avec ses patients et leur famille au fil du temps.   « C’est très gratifiant », ajoute-t-elle.  

Un de ses premiers patients lui a laissé une impression indélébile.   L’homme d’âge moyen atteint de la maladie de Parkinson a eu un tremblement dans sa main dominante, ce qui lui a coûté son travail de cameraman.  

« Ce qui m’a frappé, c’est qu’il était si stoïque même si cela avait un impact énorme sur sa vie , explique-t-elle.  J’aurais aimé pouvoir en faire plus pour lui. »   

Elle espère pouvoir établir des liens aussi solides avec d’autres patients tout au long de cette aventure.   « J’adore travailler dans un domaine qui évolue si rapidement parce que j’apprends constamment de nouvelles choses tout en étant capable d’offrir les meilleurs soins à mes patients. »  

Comments

comments