Examen de gènes pour trouver la cause de la maladie de Parkinson

Les chercheurs qui tentent de trouver la cause de la maladie de Parkinson jettent une grande partie du blâme sur une protéine prodigieuse appelée alpha synucléine.

Lorsqu’une trop grande quantité de cette protéine s’accumule dans les cellules du cerveau qui produisent la dopamine, une substance chimique présente dans le cerveau pour aider les cellules à communiquer entre elles, ces neurones essentiels meurent et la maladie de Parkinson apparaît.

Les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi l’alpha synucléine s’accumule ou quelles autres protéines pourraient être impliquées dans le processus compliqué qui cause la défaillance de l’alpha synucléine et tue les neurones.

À l’Université McGill, Thomas Goiran, neuroscientifique et boursier postdoctoral, utilise l’outil de modification génétique CRISPR pour chercher d’autres gènes et protéines qui pourraient être impliqués dans le déclenchement de la défaillance de l’alpha synucléine qui cause la mort des cellules productrices de dopamine.

« Même si nous savons ce qui se passe dans la maladie de Parkinson, nous ne savons pas vraiment comment cela se passe, explique M. Goiran. Mon projet vise à identifier les autres acteurs impliqués dans cette mort neuronale. »

Goiran injectera des agrégats d’alpha synucléine dans des cellules souches modifiées et utilisera l’outil CRISPR pour cribler ces cellules afin de déterminer quels gènes sont importants dans le processus de mort cellulaire qui en résulte.

« Nous vérifierons si les cellules meurent lorsque différents gènes sont inactivés », poursuit-il.

Il espère que son travail permettra de produire une cible de thérapie génique qui pourra activer les gènes et les protéines qui ne sont pas suffisamment actifs ou bloquer ceux qui sont trop actifs et contribuent à la mort des cellules productrices de dopamine. L’identification d’autres gènes impliqués dans le processus d’accumulation de l’alpha synucléine pourrait également permettre de produire un biomarqueur – un test visant à déterminer qui est à risque d’avoir la maladie de Parkinson.

Goiran, qui a commencé sa recherche sur les troubles cérébraux en France, où il est né, est fasciné par les connexions entre les cellules cérébrales et leur fonctionnement. Il voulait explorer les similitudes et les différences entre des tumeurs cérébrales et des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Il s’est spécialisé dans sa recherche actuelle sur la maladie de Parkinson en espérant que les recherches fondamentales antérieures finiront par aider à améliorer le traitement des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

« Pourquoi certains gènes du cerveau deviennent ils toxiques? C’est ce que je veux mieux comprendre. »

 

 

 

 

Comments

comments