Peindre – Rêver

Susan Bucovetsky
Artiste, dans son studio

Susan Bucovetsky a reçu un diagnostic de maladie de Parkinson il y a plus de 12 ans. Elle peint depuis longtemps à Montréal (Québec). Après avoir exploité une entreprise prospère en Europe pendant plusieurs années, tout en vivant au Canada, elle a choisi de prendre sa retraite afin de pouvoir se consacrer à sa passion. Elle est devenue une courtepointière et brodeuse accomplie avant d’étudier la peinture et de tomber amoureuse de ce moyen d’expression.

D’abord, il y a eu ce qu’elle a cru être un problème de thyroïde. Inquiets et niant la réalité, Susan Bucovetsky et son mari Harvey ont continué à mener leur vie chargée d’entrepreneurs à Montréal et à se détendre chaque fois qu’ils le pouvaient dans leur maison sous le soleil de Floride.

Susan a eu des problèmes de thyroïde et a subi une intervention chirurgicale pour retirer de gros polypes. Elle se sentait très bien après l’intervention sans toutefois retrouver son énergie habituelle. Elle a soupçonné qu’il y avait quelque chose d’autre.

Ils ne se doutaient pas que le diagnostic suivant allait être celui de maladie de Parkinson.

Susan a eu l’impression que la fin du monde était arrivée une fois le diagnostic confirmé par trois médecins.

Puis, ça a été le début des innombrables lectures, des questions posées, des visites chez des spécialistes, des dialogues internes, des pleurs et des nuits blanches. Au début, les tremblements sont souvent les symptômes les plus embarrassants. L’effet des médicaments a été immédiat et bienvenu, car les tremblements devenaient constants.

La participation à des groupes de soutien a été motivante et a mené à des séances régulières d’exercice, de physiothérapie et, plus agréable encore, de danse et d’orthophonie au Centre Cummings à Montréal. On dansait et chantait dans le style de Broadway.

La scène hivernale peinte à l’huile par Susan Bucovetsky illustre son mari et sa petite-fille se promenant après une chute de neige dans les Laurentides, une région du Québec. Cette peinture a été envoyée aux donateurs de Parkinson Canada pour les remercier tout spécialement de leur soutien continu qui permet à l’organisme d’aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à mordre dans la vie. Susan se passionne encore maintenant pour la peinture, une grande source d’évasion qui lui offre toute la liberté de s’exprimer.

Susan a assisté à des séances de groupe de soutien dirigées par Hélène Deutsch, infirmière de métier elle-même atteinte de la maladie de Parkinson. Hélène a connu la maladie sous les deux angles et a fourni des conseils et des encouragements en faisant du bénévolat auprès de Parkinson Canada.

Susan a toujours été créative, s’adonnant à la dentelle à l’aiguille et à la courtepointe, puis un jour, une amie lui a recommandé des cours de peinture. Elle a commencé avec l’aquarelle, est passée à l’huile et, lorsque les tremblements se sont accentués, a remplacé les pinceaux par des spatules.

Récemment, Susan et son mari Harvey ont lancé leur site Web pour mettre en valeur ses talents www.susanbucovetskyart.com.

Son œuvre s’étend sur plusieurs années, de ses débuts à l’aquarelle aux paysages peints à l’huile sur toile représentant la région sereine des Laurentides et diverses scènes de ses nombreux voyages peints, jusqu’à ses œuvres plus récentes marquées par l’abstraction et les textures. On retrouve les œuvres de Susan dans les maisons nouvellement décorées de Montréal ainsi que sur les cartes de souhaits de Parkinson Canada.

« La découverte de la peinture a été un don du ciel. Lorsque je peins, le temps s’arrête et rien ne me dérange. La peinture vient d’elle-même », raconte Susan.

Harvey, son mari, indique que Susan est une excellente cuisinière et qu’elle aime toujours cuisiner. Les tremblements et les problèmes de mobilité font souvent obstacle. Il aide du mieux qu’il peut et ils ontun aidant à temps plein pour rendre la vie quotidienne plus agréable.

 « Le plus difficile, c’est de voir Susan incapable de fonctionner, sombrer dans la dépression et être contrariée par les troubles du mouvement. Des choses simples comme couper un oignon, s’asseoir sur une chaise, s’habiller ou sortir d’une voiture ne se font plus par automatisme; la recherche d’un remède est très importante, c’est la seule solution », ajoute-t-il.

C’est une maladie incurable.

Son fils Jeff a décidé de contribuer à la collecte de fonds pour appuyer la recherche et a formé l’équipe Bucovetsky pour la Grande Randonnée annuelle organisée par Parkinson Canada. L’équipe en était à sa deuxième participation, en 2019, à Montréal.

« Le diagnostic de maman a été un choc pour tout le monde – c’est très difficile pour toute la famille », affirme Jeff.

L’une des personnes-ressources de Susan à Montréal est Danielle Blain, directrice régionale du bureau de Parkinson Canada au Québec. « La volonté d’aider de Danielle est formidable – je la considère comme une amie », dit Susan. Danielle lui a donné une provision de cartes de vœux des Fêtes présentant en couverture des peintures de Susan pour la remercier d’avoir partagé sa créativité, son histoire et ses magnifiques peintures avec Parkinson Canada.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur :

Susan Bucovetsky, artiste (URL à venir) www.susanbucovetskyart.com
Hélène Deutsch, M. Sc. https://lactualiteparkinson.com/mon-monde-sest-effondre
Groupe de soutien près de chez vous https://www.parkinson.ca/fr/fr-programs-near-you/

Service d’information et d’orientation de Parkinson Canada 1 800 565-3000

Nous sommes là pour vous aider – en toutes circonstances.

Comments

comments