Mise à profit de la salive

Dr Mervyn Gornitsky
professeur émérite
Université McGill

Si les chercheurs pouvaient trouver un outil physiologique non effractif pour diagnostiquer la maladie de Parkinson, il serait sans doute plus facile de commencer le traitement plus tôt. À l’Université McGill, Dr Mervyn Gornitsky croit que c’est exactement ce qu’il a fait – en mesurant la quantité d’une protéine appelée hème oxygénase 1 (HO-1) dans des échantillons de salive de personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Gornitsky, un chirurgien buccal et maxillo-facial, utilise sa biobanque de 4 000 échantillons de salive pour confirmer la capacité du test à déterminer la présence de la maladie de Parkinson chez les personnes qui en sont aux premiers stades de la maladie, avant même l’apparition de tremblements, de raideurs ou d’autres symptômes moteurs.

Chirurgien buccal et maxillo-facial à Montréal, Dr Mervyn Gornitsky était constamment en présence de quantités de salive de ses patients.

« J’avais à ma disposition tout ce liquide qui finissait par être jeté et je me demandais si quelque chose dans la salive pouvait permettre de déterminer la maladie », raconte Mervyn Gornitsky, professeur émérite à l’Université McGill.

Aujourd’hui, c’est exactement ce qu’il fait et il a créé une biobanque de plus de 4 000 échantillons de salive qu’il utilise pour aider à diagnostiquer la maladie de Parkinson, ainsi que d’autres maladies. Ce projet de recherche a été rendu possible grâce à une subvention pilote de 49 200 $ sur un an du Programme de recherche de Parkinson Canada.

« Nous avons trouvé toutes sortes de choses dans la salive parce qu’elle contient divers types de matières et de substances chimiques qui font partie de la salive et des glandes salivaires », explique-t-il.

Gornitsky mesure la quantité d’une protéine appelée hème oxygénase 1 (HO-1) dans la salive, en établissant une corrélation entre la quantité de protéines et les premiers stades de la maladie de Parkinson.

Dans le cadre d’une étude préliminaire, lui et ses collègues ont déjà démontré que les niveaux les plus élevés de HO-1 se trouvent dans la salive des personnes qui en sont aux premiers stades de la maladie de Parkinson.

« Nous avons été les premiers à utiliser la salive comme biomarqueur des premiers stades de la maladie de Parkinson, et cette découverte a été publiée récemment dans Movement Disorders, la revue officielle de la Movement Disorders Society », annonce Gornitsky.

Il peaufine maintenant le test pour diagnostiquer la maladie de Parkinson plus tôt, chez les personnes qui ne présentent pas encore de symptômes moteurs comme la raideur, les tremblements ou la rigidité qui frappent à des stades ultérieurs de la maladie.

Les chercheurs ont déjà déterminé que les personnes qui ont perdu l’odorat ou qui ont des problèmes de digestion ou d’autres symptômes en apparence sans rapport sont susceptibles de développer la maladie de Parkinson. C’est, avec les personnes qui ont des antécédents familiaux de la maladie, la population de personnes que Gornitsky cible dans sa recherche.

Si ces personnes pouvaient être diagnostiquées tôt, elles pourraient immédiatement commencer à prendre de la lévodopa ou profiter de tout nouveau médicament mis au point pour stopper l’évolution de la maladie de Parkinson.

« Si nous diagnostiquons les personnes avant qu’elles présentent les symptômes des troubles du mouvement habituellement associés à la maladie de Parkinson, nous pourrions repousser ces symptômes à une date ultérieure, explique Gornitsky. Cela ne guérira pas la maladie, mais nous pourrons peut-être éviter les effets graves de la maladie de Parkinson quelques années de plus. » Gornitsky espère que la salive pourra servir de base à un test facile et peu coûteux que les médecins pourraient utiliser pour diagnostiquer la maladie de Parkinson dans leurs bureaux.

Comments

comments