Neurones malheureux

image de researcher
Jordan Follett, chercheur postdoctoral
Université de la Colombie-Britannique

Dans nos cellules, les molécules ARN constituent l’une des composantes essentielles de la vie. Elles contiennent les instructions fournies par l’ADN pour la création de protéines, et les protéines dirigent le fonctionnement des cellules.

À l’Université de la Colombie-Britannique, Jordan Follett, chercheur postdoctoral et neuroscientifique, étudie le complexe rétromère, un complexe de triage pouvant communiquer où l’ARN doit être positionné à l’intérieur des cellules. Avec un bourse de recherche fondamentale de 80 000 $, financée par la Société Parkinson Colombie-Britannique, Follett tente de savoir ce qui se passe lorsque le réseau de signalisation qui contrôle ce processus est perturbé.

Dans le cadre de son projet de recherche, qui fait appel à des souris, Follet examine l’incidence de gènes mutés à l’intérieur de ce complexe. Les gènes jouent un rôle dans la maladie de Parkinson.

Les cellules du cerveau qui produisent la dopamine, l’élément chimique essentiel au mouvement, sont des cellules très énergétiques qui ont besoin d’ARN pour réagir rapidement afin de produire des protéines, particulièrement si ces cellules sont stressées par des toxines ou d’autres menaces.

Si l’ARN est mal positionné et ne peut pas réagir rapidement pour produire des protéines dans les cellules en détresse, les cellules ne peuvent pas s’adapter aux changements. Selon Follett, elles deviennent vulnérables et meurent.

« Si une partie de votre corps ne transporte pas les protéines du point A au point B, il est facile d’imaginer qu’un grand nombre de cellules seront malheureuses — surtout les neurones » , dit Follett.

La présence de neurones malheureux pourrait alors mener à la maladie de Parkinson.

Si Follett peut prouver sa théorie relative au rôle que joue le complexe rétromère dans la localisation de l’ARN au sein des cellules du cerveau, cela ouvrirait une nouvelle avenue pour les médicaments ou d’autres thérapies capables de réparer le processus de signalisation au sein de ces cellules, ce qui pourrait prévenir ou interrompre l’évolution de la maladie de Parkinson.

La fascination de Follett pour la façon dont la maladie de Parkinson se développe dans le cerveau a commencé lors d’un cours de médecine moléculaire dans le cadre de ses études de premier cycle à l’Université Griffith, dans le sud-est de l’État du Queensland, dans son Australie natale. Après avoir écouté les cours magistraux de son professeur sur la maladie de Parkinson, il a été conquis.

« J’étais fasciné par le fait que des gens… vivent presque toute leur vie sans savoir qu’une grande quantité de protéines toxiques s’accumulent dans leur
cerveau » , dit-il.

Apprenez-en plus sur d’autres chercheurs récemment financés par le programme de recherche de Parkinson Canada en visitant la section Recherche de notre site à www.parkinson.ca.

Comments

comments