Une année de résilience : À travers l’histoire de Betty

Photo de Betty Chan, qui a entrepris une Grande randonnée personnelle en septembre 2020.

Tout au long de l’année, la communauté Parkinson Canada a montré son engagement envers les Canadiens atteints de la maladie de Parkinson, malgré les nombreuses difficultés auxquelles elle a été confrontée. Vous avez démontré clairement que vous ne laisserez pas les circonstances actuelles faire obstacle à la nécessité de montrer aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson qu’elles ne sont pas seules, et à la nécessité de créer des programmes et de mener des recherches pour les aider.

Dans les communautés de partout au pays, le personnel et les bénévoles ont adapté les programmes et les services pour s’assurer que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson soient placées au premier plan pendant une année difficile – des groupes de soutien virtuels aux campagnes de rédaction de lettres, en passant par notre merveilleux collègue Lance Letain qui a consacré son été à organiser des séances d’entraînement à domicile. Les donateurs se sont également adaptés. Dans l’ensemble, les revenus ont diminué chez Parkinson Canada, comme dans l’ensemble du secteur caritatif, mais les gens ont fait tout ce qu’ils pouvaient – parfois même plus – pour soutenir l’organisation. Qu’il s’agisse d’un programme postal qui a permis de récolter plus d’argent que les années précédentes malgré les difficultés liées à la COVID-19, de nombreux dons importants et accrus versés pour soutenir directement des programmes ou de supporters de l’événement qui ont créé leur propre parcours dans le cadre de la Grande randonnée de Parkinson Canada, ensemble, vous avez fait une différence cette année.

Ensemble, nous avons opéré des changements significatifs cette année et avons eu une incidence majeure sur l’aide apportée aux Canadiens atteints de la maladie de Parkinson pour qu’ils parviennent à faire face aux réalités de la COVID-19 en plus de vivre avec la maladie au quotidien. Qu’il s’agisse des quelque 10 000 visionnements des exercices à domicile hébergés par Parkinson Canada sur Facebook et YouTube, des 6 000 demandes d’information et d’orientation, n’importe où au Canada, ou des ajustements pris par les 65 groupes de soutien qui se sont rencontrés en ligne ou par téléphone tout au long de l’année et des innombrables heures consacrées par les bénévoles à vérifier l’état de santé des uns et des autres dans les communautés d’un océan à l’autre, ensemble, nous avons persévéré.

Peut-être qu’aucune histoire individuelle ne personnifie mieux la volonté collective de soutenir les Canadiens atteints de la maladie de Parkinson et de donner un sens à leur vie grâce à une contribution que celle de Betty Chan, qui a entrepris une Grande randonnée personnelle en septembre dernier.

Betty a participé à la première édition de la Grande randonnée en 2016 en l’honneur de son père qui a été diagnostiqué en 2013 et elle continue d’honorer sa mémoire aujourd’hui, avec l’espoir que la recherche aidera les générations futures. Cette année, la randonnée d’Edmonton n’ayant pas pu avoir lieu comme prévu, elle a fait son propre parcours dans le centre-ville d’Edmonton, truffé de jalons significatifs qui l’ont aidée à se souvenir de son père. « On n’a pas trouvé de remède contre la maladie de Parkinson du vivant de mon père, mais j’espère qu’on en trouvera un de mon vivant. », partage-t-elle.  « Un grand merci à Parkinson Canada pour tout le travail accompli cette année. La Grande randonnée dans une boîte m’a donné de bonnes idées dont je peux tirer profit, car je n’ai décidé de mon itinéraire que quelques jours avant la Grande randonnée. En fait, j’hésitais à m’impliquer cette année, et je suis très heureuse de l’avoir fait. Ça été l’un des moments forts de 2020. »

La Grande randonnée de Betty, qui a une signification particulière, est une expression tangible de ce que nous avons vu tout au long de l’année, de tant de manières différentes.

Comme Betty, nous avons tous dû nous réinventer en 2020. Tout au long de cette période, vous vous êtes adapté et avez persévéré, et votre soutien a permis à Parkinson Canada de faire de même. Quelle que soit la façon dont vous l’avez démontré en 2020, nous sommes fiers de vous compter parmi les lecteurs de e-L’Actualité Parkinson et parmi les membres de notre communauté Parkinson. Par-dessus tout, merci à ceux qui vivent avec la maladie de Parkinson et qui continuent d’être un phare dans cette période difficile. Nous célébrerons ensemble cette incidence positive en 2021.

Voici le récit dans son aventure, dans les mots de Betty

  1. J’ai regardé la cérémonie d’ouverture en ligne depuis ma voiture. Je me suis garée en face de la cathédrale orthodoxe russe. Mon plan initial était de la regarder depuis mon bureau. J’étais en retard, donc c’était mon plan B.
  1. J’ai commencé la Grande randonnée de cette année à mon ancien immeuble de bureaux, l’ATB Financial Building.
  1. J’ai descendu l’avenue Jasper vers l’est (en passant devant l’ancien emplacement du Blue Willow) jusqu’à son emplacement actuel. Mon père a travaillé ici pendant de nombreuses années de sa vie. Ma mère disait toujours que je lui avais porté chance, car ses pourboires ont commencé à rentrer après ma naissance.
  1. De là, j’ai visité le centre de soins du quartier chinois d’Edmonton, où mon père a passé les deux dernières années de sa vie.
  1. Pendant mon séjour, je me suis souvenue de son séjour à l’Edmonton Chinese Seniors Lodge (à côté), où mon père vivait avant d’être placé dans un établissement de soins de longue durée.
  1. Puis j’ai visité sa résidence précédente, le Chinese Elders Mansion, où mon père a vécu lorsqu’il a quitté notre maison de Delwood.
  1. Pour mon dernier arrêt, j’ai visité son église : l’Église unie de Chine.

Comments

comments

Leave a comment