Utilisation de l’énergie électrique pour débloquer la démarche

Le blocage de la marche survient chaque jour chez certaines personnes ayant la maladie de Parkinson. Les médicaments réduisant les symptômes moteurs de cette maladie n’atténuent habituellement pas ce problème. À l’Université McGill, la doctorante Alexandra Potvin‑Desrochers étudie la connectivité entre les régions du cerveau impliquées dans ce blocage. Elle veut déterminer si la combinaison de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive et de l’entraînement de l’équilibre et la démarche réduit le blocage et améliore la vie quotidienne de ces personnes. La recherche d’Alexandra est rendue possible grâce à une Bourse d’études supérieures du Programme national de recherche de Parkinson Canada pour 20 000 $ sur 2 ans.

Le blocage pendant la marche, qui peut entraîner une chute, est un aspect de la maladie de Parkinson que certaines personnes vivent chaque jour.   Ce problème contribue souvent à l’isolement social, car les gens évitent de quitter la maison parce qu’ils ont peur de rester coincés ou de tomber.  

À l’Université McGill, la doctorante Alexandra Potvin‑Desrochers étudie les régions du cerveau impliquées dans le blocage de la marche afin de trouver un traitement efficace.   Elle a déjà montré qu’il existe un niveau accru de connectivité entre les régions du cerveau responsables du traitement sensoriel et du traitement spatial visuel des personnes atteintes de la maladie de Parkinson qui éprouvent un problème de blocage de la marche par comparaison à celles qui n’ont pas ce problème.  

Selon son hypothèse, le blocage survient lorsqu’il y a une surcharge dans le traitement d’une variété d’information dans le cerveau, y compris de messages des régions cognitives, limbiques, motrices et sensorielles.   Elle utilise maintenant la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) pour localiser les régions précises du cerveau qui interviennent dans le traitement des données sensorielles. Cette technique non invasive consiste à placer une bobine magnétique sur le cuir chevelu et à créer un faible champ magnétique pour stimuler ou réduire l’activité des neurones dans les régions du cerveau situées sous cette bobine.  

Mme Potvin‑Desrochers examine si le traitement par la SMTr peut réduire le blocage. Elle modifie l’emplacement de la bobine magnétique avant de vérifier la capacité de marche des gens pour localiser les régions précises touchées dans le cerveau.   Elle prévoit combiner la SMTr à l’entraînement de l’équilibre et de la démarche pour déterminer si les gens obtiennent de meilleurs résultats ainsi plutôt que par le seul entraînement de l’équilibre et de la démarche.  

« Il n’y a pas beaucoup d’options de traitement pour le blocage de la démarche. Nous aimerions vraiment trouver un moyen de réduire ce problème chez ces patients », affirme Mme Potvin‑Desrochers.  

Certaines cliniques au Canada utilisent déjà la SMTr pour traiter la dépression. Elle espère que son travail rendra la technologie plus accessible aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson et d’autres maladies neurologiques.   

Elle n’avait que 8 ans lorsqu’elle a reçu un modèle du cerveau pour Noël, ce qui a déclenché son amour pour les neurosciences. Elle demeure fascinée par la façon dont le cerveau contrôle le mouvement. Sa détermination à découvrir de nouvelles connaissances et à les appliquer en milieu clinique l’a conduite à cette recherche.  

« Il est important pour moi de participer à l’aspect clinique de mon travail afin de mieux orienter les pratiques des médecins et des neurologues », précise-t-elle.   

Comments

comments